• 1 février 2020

Le Wilfrid, nommé en l’honneur d’un pionnier de l’aviation à Montréal

Le Wilfrid, nommé en l’honneur d’un pionnier de l’aviation à Montréal

Le Wilfrid, nommé en l’honneur d’un pionnier de l’aviation à Montréal 1024 576 Laurent Arkhame

La provenance du « Wilfrid »

Tout comme les trois phases du précédent projet WR, le nom Wilfrid rend hommage à Wilfrid Thomas Reid, concepteur d’avions britannique et pionnier de l’aviation à Montréal.

Le Wilfrid, plus qu’un nom

Portant le nom de ce pionnier de l’aviation à Montréal, le projet rend hommage à la contribution majeure de cet homme dans l’industrie de l’aviation. Tout a été pensé pour rappeler l’historique du lieu, tant au niveau de la conception du projet que de l’architecture du bâtiment, sans oublier le design intérieur des lieux.

Un peu plus d’histoire

Débutant sa carrière en 1916, Reid a travaillé pour la British and Colonial Airplane Company, une entreprise britannique, avant de devenir le concepteur d’avions en chef pour Canadian Vickers.

En 1924, lors de son arrivée au Canada, il a été mandaté pour développer la filiale canadienne de l’entreprise et conçoit l’avion connu sous le nom de la Vickers Vedette. Le développement et la production de cet avion marquent le véritable début de l’industrie aéronautique canadienne.

Quelques années après la Première Guerre mondiale, l’aviateur fonde la Reid Aircraft Company et s’associe avec des pilotes vétérans canadiens pour acheter un vaste terrain d’aviation à Cartierville. Les décennies passent et la vocation du territoire se transforme tour à tour en aéroport puis en lieu de tests pour l’entreprise Canadair. L’industrie aérospatiale de Saint-Laurent se développe durant la deuxième moitié du XXe siècle avant que l’aéroport de Cartierville ne soit abandonné.
.

Quartier Bois-Franc

Ce n’est qu’en 1988 qu’un ambitieux projet de développement résidentiel est présenté à la Ville de Saint-Laurent : le quartier Bois-Franc.